Débat d’Orientation Budgétaire – Exercice 2018 – Conseil municipal du 8 février 2018

Le débat d’Orientation Budgétaire s’inscrit dans le cadre d’une politique d’austérité qui affecte durement les finances locales.

Politique dont vous dénoncez, à juste titre, les conséquences pour la commune dans votre présentation à travers les baisses de subvention de l’état.

Politique qui a été initiée par le gouvernement Sarkozy et maintenue par ses successeurs au nom de la sacro-sainte résorption des déficits publics liés à des dettes « colossales » que nous jugeons douteuses, voire illégitimes pour certaines en raison de leurs origines.

A juste titre vous dénoncez le fait que l’état fait supporter pour 50% l’effort de réduction sur les collectivités locales alors que celles-ci ne sont que pour 9% responsables de la dette du pays et ceci sans demander l’avis des collectivités.

Si les fraudes fiscales étaient combattues, les cadeaux aux entreprises et les diverses exonérations fiscales contenues, l’état n’aura pas été obligé d’emprunter autant.

C’est donc bien la politique voulue par les différents gouvernements LR, PS, LREM qui nous ont conduits à cette situation déplorable.

Et maintenant, c’est aux simples citoyens et notamment aux plus modestes que l’on demande de payer la note.

En effet, ce sont les personnes les plus démunies qui subissent de plein fouet les augmentations des diverses taxes et prélèvements sociaux.

Cet impact se retrouve aussi au niveau des services publics malmenés et dégradés. Et également au niveau des personnels de la fonction publique et du privé dont les conditions de vies se dégradent au fil du temps.

Enfin, toute ceci se déroule dans un déni total de démocratie avec le sempiternel refrain « nous sommes élus donc nous décidons et vous, vous obéissez ».

Mais revenons au contexte municipal.

Il est étonnant que les différentes stratégies de gestion des montants récupérés suite à la vente des terrains de Centrale ne soient pas abordées au conseil municipal : choix entre rembourser par anticipation plusieurs prêts ou garder l’argent pour rembourser le capital au fil de l’eau.

En effet, sans remettre en cause les compétences financières des services de la ville, et pour la transparence de la vie communale, les différentes solutions auraient du être exposées au conseil municipal qui aurait pu prendre sereinement une décision en fonction des différents scenarios.

C’est bien la mission du conseil municipal de prendre de telles décisions.

Suite à mon questionnement en commission, j’ai pu comprendre qu’il y avait des études comparatives entre les différentes solutions sans toutefois qu’aucune étude chiffrée n’ait été communiquée.

Vote contre

Cet article a été publié dans 2018, Conseil du 8 février 2018, Conseil municipal. Ajoutez ce permalien à vos favoris.