Création de la ZAC « Business Parc » – conseil du 15 décembre 2016

Cette ZAC concerne l’aménagement des terrains libérés par le centre sportif et la faculté de Pharmacie qui doivent déménager sur le plateau de Saclay à l’horizon de 2021.

Nous avons voté contre ce projet présenté comme un futur écoquartier. En effet ce projet est loin de répondre aux critères d’un écoquartier, il a été pensé et imaginé par la majorité municipale  sans réelle prise en compte des besoins de la population, juste plusieurs présentations pas de projet participatif.

Par ailleurs, ce projet devrait être financé par la conseil général et va coûter cher, très cher. Nous ne comprenons pas l’intérêt de financer avec nos impôts la construction de bâtiments pour accueillir les entreprises déjà implantés ailleurs. Est-ce normal que nos impôts financent les bureaux pour accueillir des entreprises ?

Enfin, l’accueil d’entreprises limité au tertiaire est une vision à trop court terme, il faut prévoir à plus long terme et disposer de moyens d’accueil plus souple.

Notre intervention lors du conseil municipal du 15 décembre 2016

Vous nous demandez d’approuver dans cette délibération, l’outil ZAC qui offre un cadre juridique, financier et technique adapté à la réalisation d’une opération d’aménagement. Ce projet conséquent prévoit la création de 120 000 m² de bureau, 7 300 m² de commerces et 800 m² d’équipement public, et d’après le rapport de présentation serait pensé comme un véritable écoquartier.

Ce terme étant devenu très à la mode, il est important de revenir aux fondamentaux, d’autant plus que ce concept est au cœur de l’aménagement de Central. Pour cela, le ministère du logement qui encourage fortement les écoquartiers a créé depuis plusieurs années un label écoquartier ambitieux, 50 opérations ont été labellisées, 110 sont en voie de l’être. Un rapport publié le 17 novembre réaffirme vingt engagements forts qui permettent de mettre en place un écoquartier . Je ne vais pas en faire une lecture exhaustive mais plusieurs engagements sont toutefois à souligner.

  • la mise en place d’un processus participatif de pilotage avec une gouvernance élargie pour créer les conditions d’une mobilisation citoyenne tout au long du projet.

Peut-on réellement espérer un urbanisme durable sans impliquer davantage les habitants et usagers des quartiers ? Ce sont eux qui in fine agiront et détermineront majoritairement le niveau d’ambition qui pourra être atteint.

L’approche doit être centrée sur les utilisateurs pour les mettre au cœur de la démarche. Elle doit inclure toutes celles et ceux qui contribuent à la vie de ces quartiers : les voisins, les professionnels, les associations, les bailleurs, les commerçants mais également les salariés des entreprises… bref, à tous les « usagers » actifs de ces quartiers afin de fédérer une dynamique citoyenne d’initiatives et d’actions collectives.

Sur ce projet d’aménagement, il y a des réunions d’information qui ne permettent pas aux citoyens de s’investir et de s’approprier le projet. Le même constat est fait sur le projet d’aménagement de Centrale.

  • l’intégration de la dimension financière tout au long du projet avec une approche en coût global

Un écoquartier doit s’équilibrer financièrement, l’aménagement d’une nouvelle zone ne peut-être en déficit et payé par les impôts.

  • la valorisation de l’histoire et de l’identité du site,

Tout site a une histoire, et conserver des traces des anciennes installations peut permettre aux habitants de faire la transition entre la passé et le futur. On ne peut pas tout balayer d’un coût de bulldozer.

  • « Dynamiser le territoire en contribuant à un développement économique local, équilibré et solidaire », constitue l’un des engagements ÉcoQuartier.
  • Baser toutes nouvelles activités implantées à Chatenay sur la seule activité tertiaire (construction de bureaux) comme l’ensemble des villes de la petite couronne, activités qui dans les prochaines années vont être fortement restructurées par l’introduction massive des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication se traduisant par une suppression massive de postes dans ce secteur. Cette façon de procéder implique dans le présent une concurrence entre villes pour inciter les entreprises à s’installer dans ces nouveaux bureaux. Concurrence qui peut s’avérer mortifère pour les finances de la ville et n’amènera que très peu d’emplois diversifiés pour les chatenaisiens. Nous regrettons que les locaux professionnels envisagés ne puissent pas servir à d’autres activités plus tournées vers la production.

Mise à disposition au public du dossier d’étude d’impact environnemental de la création de la ZAC Centrale
Nous avons demandé que la mise à disposition du public limitée à 2 semaines soient plus longue.

Notre intervention lors du conseil municipal du 15 décembre 2016
La mise à disposition du public limitée à 2 semaines nous paraît courte, est-il possible de prévoir une durée plus longue ?
La mise en ligne de ces documents sur le site Internet de la ville est une bonne chose, nous espérons que ces documents resteront accessibles sans restriction dans le temps.

Cet article a été publié dans Conseil du 15 décembre 2016, Conseil municipal. Ajoutez ce permalien à vos favoris.